peur du noir chez les enfants
Psychothérapie

La peur du noir chez les enfants: comment y remédier ?

Le soir, c’est toujours la même histoire qui se répète. Votre enfant se lève en sursaut ou use de toutes les excuses possibles pour retarder le moment où il doit dormir seul dans leurs chambres. C’est le signe indéniable qu’ils ont peur du noir. Beaucoup de facteurs peuvent être en jeu, mais l’idée est de les aider à surmonter cette phobie.

La phobie du noir chez les enfants

La phobie du noir est une peur qui est partagée par tous les enfants et qui fait partie de son développement. Toutefois, même si la grande majorité des poupons la ressentent, les causes peuvent diverger en fonction de leurs âges. Durant la première année, la peur du noir peut provenir des bruits causés par la maison. Au moindre son, l’enfant pourrait sauter en sursaut. Arrivé à un certain âge entre 2 à 4 ans, l’enfant ne désire plus éteindre la lumière ou il vous demande s’il peut dormir à vos côtés. Cette phobie est souvent générée par la peur des monstres ou de faire de cauchemars. Il peut s’agir aussi d’une peur passagère provenant des animaux, des orages, des clowns ou encore des pères Noël. D’autres phobies peuvent aussi provenir de la réaction excessive de l’entourage du poupon.

Les attitudes qu’il faut adopter

Il est important d’apprendre à son enfant à affronter ses craintes. Il va peu à peu pouvoir faire la différence entre les situations anodines et celles qui sont dangereuses, ce qui est un élément important pour son développement, car c’est une manière de l’apprendre à avoir confiance en lui-même. Tout commence par le fait de prendre au sérieux la phobie de l’enfant sans pour autant le ridiculiser. Même si la cause de la peur peut vous sembler dérisoire, il ne faut pas l’ignorer et prendre en compte qu’elle est bien réelle chez l’enfant. En revanche, il n’est pas conseillé de réagir de manière excessive ou de surprotéger l’enfant, car cela ne ferait qu’aggraver les choses. L’objectif est de renforcer sa confiance en soi en lui racontant les fois où il a réussi à vaincre sa peur ou les situations durant laquelle il s’est débrouillé comme un petit chef. Un autre moyen d’y parvenir est de partager ses peurs en racontant ses phobies à ses enfants. Le principe est de leur faire comprendre que la peur du noir est un sentiment naturel tout à fait surmontable.

Faire appel à un expert

Si l’enfant ne peut être facilement rassuré par les mots alors la phobie est assez grave et il est peut être nécessaire d’en discuter avec un psychologue. Au début de la séance, le psy va se contenter d’écouter les problèmes évoqués et les manifestations de la peur chez le poupon. Il va ensuite analyser la cause et proposer des solutions basées sur des exercices quotidiens. A titre d’exemple, si l’enfant est encore en préscolaire, il vit encore dans un monde imaginaire et il déborde de créativité. C’est dans cette perspective qu’ensemble vous pouvez fabriquer des objets fétiches ou une épée en plastique en lui faisant croire qu’avec il pourra vaincre les monstres. L’objectif de ses petits exercices est de faire en sorte qu’il ait confiance en lui et qu’il peut affronter ses phobies comme un grand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *